Accéder au contenu principal

La gastronomie de Chiloe : El curanto al hoyo

Après quelques jours au Chili et un moment de partage culinaire en compagnie de Zoraida, je me dis qu’il faut que je change d’objectif. Quelle spécialité je veux connaître? En 10 jours, on a donc fait plus de 800km en stop.

On s’est mis en route pour l’île de Chiloé pour découvrir la grande spécialité de cette ile, le Curanto. Nous sommes arrivés sur cette île en bâteau dans la ville de Quellon. Puis après avoir discuté avec d’autres voyageurs et quelques chiliens, nous avons pris la route pour Castro, la Capitale de l’île. Le curanto est une spécialité familiale et traditionelle de l’île de Chiloé. Il est généralement préparé lors de grandes fêtes de famille. Quand je leur ai posé la question si on préparait ce plat pour des anniversaires, ou autres fêtes, on m’a dit que surtout pas. Le Curanto est une fête en soi. c’est LA raison de rassembler la famille entière. Pas facile donc de trouver un endroit où juste à ce moment là, on allait préparer ce plat traditionnel.

Les rencontre ne se font pas par hasard. Lors de notre premier jour à Castro, nous visitons cette ville connue pour son église coloniale et les maisons colorées sur pilotis. Au détour d’une aire de jeux, les enfants entament une discussion avec une dame française. Elle nous apprend que la semaine où nous sommes sur Chiloe, se tient un festival des chilotes : Musiques, danses, animaux… Et surtout les spécialités culinaires. C’est décidé, nous nous rendons au parque municipal le lendemain pour découvrir tout ça.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

À notre arrivée, nous découvrons qu’il n’y a qu’un seul endroit à ce festival où ils préparent le curanto traditionnel dans la terre. Nous entamons la discussion et très rapidment, ils acceptent que je participe à la préparation des curantos du jour. De quoi s’agit il réellement :

Le Curanto est le plat traditionnel de Chiloe. Il se prépare dans un trou dans la terre de 2m x2m et environ 40cm de profondeur, dans lequel un feu est fait avec beaucoup de bois de chauffage. La taille du trou peut varier selon le nombre de personnes. Des grosses pierres sont placées dans le feu jusqu’à ce qu’elles soient bien chaudes, presque rouges, puis le bois en excès est enlevé. Sur les pierres, les ingrédients sont stratifiés à partir des fruits de mer.

Voici ce que l’on met dans un curanto :

  • 1 sac de grosses palourdes
  • 1 sac de grosses moules
  • 1 sac de petites moules
  • 1 sac pommes de terres chilotes

Ensuite, tout ceci est recouvert de plusieurs feuilles de nalca, de pangue ou de chou, sur lesquelles sont placées des saucisses fumées, de la viande de porc fumée. Selon les goûts, on peut aussi y mettre du poulet ou du poisson. Là dessus, on remet une couche de feuilles sur laquelle on vient disposer le Chapalele et les Milcaos (galettes de pommes de terre, voir recette ci-dessous). Le tout est recouvert de feuilles de nalca, de draps propres humides et enfin de feuilles d’herbe, qui sont des coupes d’herbe avec de la terre, posés côté herbe, évitant ainsi l’évacuation de la vapeur. On laisse cuire l’ensemble pendant environ une heure et demie. Lorsque la cuisson est prête, des traînées de fumée commencent à sortir du sol. Lorsque nous découvrons le curanto, nous voyons tous les aliments parfaitement cuits par la chaleur des pierres. Vous l’aurez compris, vu les quantités, c’est un vrai plat traditionnel, à manger avec une vingtaine de convives.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce plat est ensuite accompagné d’une salade de tomates et d’oignons qui apporte un peu de fraîcheur à l’ensemble.


Au Chili, une méthode quotidienne de curanto consiste à tout mettre dans une casserole et à faire cuire directement.

 

Chapalele :

  • 1kg de pommes de terres
  • 250 gr de farine
  • 120 gr de beurre 
  • Poivre, sel
  • Purée d’ail

Éplucher et faire cuire les pommes de terre afin de pouvoir faire une purée. Écraser les pommes de terre avec le beurre. Mélanger avec la farine. Assaisonner l’ensemble avec le sel, le poivre et la purée d’ail. Former des petites boules d’environ 6cm de diamètre. 

Milcao :

  • 1kg de pommes de terre à faire cuire
  • 1kg de pommes de terre à râper
  • 2 cuillères de beurre
  • Sel, Poivre

Faire cuire les pommes de terres pour la purée puis les écraser finement avec le beurre. Râper finement les autres pommes de terre et retirer un maximum d’humidité en les pressant dans un torchon. Mélanger les deux sortes de pommes de terre en assaisonnant l’ensemble. former de boules et les réserver avant la cuisson.

Ces deux sortes de galettes de pommes de terre sont traditionnellement utilisés dans le curanto. Au quotidien, elles sont souvent consommées cuites au four ou frites dans l’huile. On peut aussi les farcir de chaire à saucisses. 

Nous avons dégusté cet excellent plat traditionnel accompagné d’un verre de cidre brute de Chiloé.

Bon appétit

Catégories

Uncategorized

Publicités

5 commentaires sur « La gastronomie de Chiloe : El curanto al hoyo » Laisser un commentaire

    • C’est sûr que les règles d’hygiène ne sont pas les mêmes que chez nous. Mais c’est finalement la superposition de tous ces éléments qui apporte une saveur particulière à l’ensemble. En tout cas c’était un super moment de partage.

      J'aime

  1. Bon appétit bien sûr ! Ça a l’air délicieux 😋 Dommage que vous ne puissiez pas nous en rapporter.
    Bonne suite pour vos découvertes culinaires

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :