Accéder au contenu principal
Publicités

La gastronomie en Argentine : de l’empanada au quotidien à l’asado les jours de fête.

Quand on parle de la gastronomie en Argentine, on ne peut s’empêcher de penser aux énormes steaks : le fameux bœuf argentin. Quand on voit ces grandes plaines qui s’étendent à perte de vue dans le centre et le sud de l’Argentine (La pampa), on comprend vite que les animaux d’élevage ont de quoi être détendus et bien alimentés dans ce pays. Il paraît même que certaines estancias (les fermes argentines) font la taille de la Belgique. On peut donc acheter un super morceau de bœuf à un prix inférieur à celui du poulet chez nous. Il est donc courant de trouver un de ces morceaux de viande dans son assiette. On les retrouve également sous forme de cazuelas, sortes de pot au feu dans lequel on retrouve toutes sortes de légumes différents selon les régions. Ces plats sont également très populaires au Chili et en Bolivie. Mais on se rend vite compte que les plats les plus typiques sont les empanadas et les cerderos al asado.

Les empanadas : ce sont des petits chaussons de pâte, souvent une sorte de pâte à pain farcis. Il n’existe pas réellement d’origine de temps et de lieu des empanadas, mais l’idée d’envelopper de délicieuses garnitures sucrées ou salées dans des pâtes faites de différents grains a l’air de ne pas avoir laissé les argentins indifférents. Ils en existent dans toutes les cultures avec des noms et des formats différents et nous les trouvons dans tous les coins de l’Amérique. En Argentine, les plus typiques sont ceux du nord-ouest, mais chaque province a ses ingrédients qui varient en fonction des cultures.

Il semblerait que ce soit les Espagnols qui les aient introduits et que chaque région du pays a développé sa propre version avec d’importantes différences de taille, de farce et de cuisson. Par exemple, à Salta, les plus distinctifs du pays, ils ne sont pas épicés, ils sont petits et juteux. Ils contiennent de la purée de pomme de terre, de la viande coupée au couteau, de l’oignon, des œufs durs, du poivron rouge, du piment rouge, du cumin et du paprika, le tout cuit dans de la graisse animale. Ils sont cuits dans un four d’argile. À Tucumán, ils sont frits et contiennent que des olives, des raisins secs, des épices moulu, du paprika et du cumin. À Jujuy, ils sont très petits et fabriqués à partir de viande de lama.

Les empanadas, on les trouve de partout, à tout heure de la journée, dans de nombreuses boulangeries, on les a même farcis de purées de fruits ou autres farces sucrées.

Cerdero al asado : l’asado est une technique de cuisson, il s’agit en réalité du barbecue il veut dire grillade ou rôtissage. Cerdero signifie agneau. Vous l’aurez donc compris, nous avons là l’agneau rôti, mais il ne s’agit pas d’un agneau à la broche comme on le connait chez nous. On le prépare tout de même pour des occasions spéciales, tels que les anniversaires ou autres fêtes en famille ou entre amis. Les argentins coupent l’agneau en deux dans la longueur et le mettent à cuire à la verticale (voir plus en pyramide) au dessus d’un grand feu de bois pendant environ 3 heures. La viande est la plus part du temps assaisonné que de sel, mais une bonne dose d’épices ne lui fait pas de mal. En Patagonie, de nombreux restaurant en ont fait leur spécialité. On n’a donc pas hésité à tester ce plat à l’occasion de mon anniversaire. Une première expérience un peu décevante car la viande était super salée et un peu sèche. On a tout de même remis ça pour l’anniversaire d’Eliot, et là, c’était juste parfait : une viande tendre à souhait et parfaitement assaisonnée. On s’est permis de leur dire, ce qui m’a permis de faire une petite visite privée des cuisines, chambres froides et de faire une photo avec toute l’équipe du restaurant. On accompagne souvent ce plat de brochettes de légumes grillées et de pommes de terre.

Le Maté : Je ne peux évoquer la gastronomie argentine sans parler du fameux mate. Même si il s’agit d’une boisson, il fait parti du quotidien de tous les argentins. On le boit dès le plus jeune âge et toute la journée. Il s’agit en réalité de l’infusion de feuilles de yerba mate. C’est une boisson, qui comme le café et le thé, contient de la caféine. C’est donc un stimulant naturel qui, apparemment améliore la concentration. C’est également un geste d’amitié. Lorsqu’on est apprécié, on le remarque rapidement car les gens vous invitent à partager le maté. Il se boit dans une sorte de verre qu’un appelle la calebasse que l’on remplit d’herbe broyée et que l’on noie dans l’eau bouillante. On le boit ensuite à l’aide d’une sorte de paille appelée bombilla. Bien intégrés, nous avons donc nous aussi acheté tout le nécessaire pour boire le maté : thermos, calebasse et bombilla. En clair, le maté, on ne peut plus s’en passer.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :