Accéder au contenu principal

Polynésie : Etape 1 – Moorea

J’ai eu du mal à me décider d’écrire cet aricle, peut être, parce que le faire, c’est mettre un terme à cette étape.

Avec La Polynésie, on pleure deux fois : Une fois quand on arrive et une fois quand on part. (Ca me rappelle une autre citation…)

De La Polynésie, on a vu de belles images, des photos de catalogue qui font rêver, des films, des disney. Alors, on a un peu peur d’être déçu? L’imaginaire ne va-t-il pas dépasser la réalité ?

Je peux vous l’avouer maintenant, puisque j’ai pris mon courage à deux mains, pour la deuxième fois de ce voyage j’ai versé ma petite larme devant le lagon. J’ai enfin trouvé une destination dans le monde où je suis capable de ne rien faire : Juste d’apprécier le lieu et espérer très fort que le temps s’arrête.

Et pourtant nous sommes arrivés tard : atterissage à Papeete vers 1h00 du matin et quand tu arrives le collier de fleur et les musiciens qui jouent, te mettent déjà dans l’ambiance. Après une courte nuit, on ne tient plus, on va découvrir la plage qui est déjà très chouette, mais nous savons que nous reviendrons sur Tahiti à la fin de notre séjour ici, pour passer une semaine chez des amis. Alors, on ne veut pas trop s’attarder, et pour le plus grand plaisir des enfants, on reprend le stop. Ça marchait déjà bien en Amérique du Sud mais autant dire qu’ici, c’est encore plus facile. La première voiture s’arrête. Nous avions dans l’idée de, soit réussir à prendre un cargo qui nous emmènerait à Bora bora, en une nuit, soit, si cette option ne fonctionnait pas, nous prendrons le ferry pour l’île en face de Tahiti.

Ça sera donc Moorea, en arrivant il fait déjà nuit, et un automobiliste nous propose de nous emmener jusqu’au camping, que nous avons repéré, alors que lui habite de l’autre côté de l’île. Est ce que ça mérite que je m’étende plus sur la gentillesse des habitants de cette île ?

Nous n’avions pas prévu de rester les 10 jours au même endroit, nous avons même très vite rencontré une dame qui nous offrait la possibilité de camper gratuitement dans son jardin. Mais au camping Nelson, nous nous y sentions bien. Les enfants se faisaient de nouveaux copains tous les jours et les petits déjeuners face au lagon tous les matins, rendaient le lieu unique. Eliot tient à ce que je précise que les coqs font intégralement partie du décor et Hei hei dans Vaiana n’est pas un mythe !!!

Les journées ici se sont succédées par la découverte des plages, un peu, beaucoup de snorkeling, et puis des couchers de soleil où les vagues de la barrrière de corail attaquent chaque soir le soleil. Avec un petit cocktail local, ça doit être ça le bonheur ! Même si tout est extrèment cher ici, nous nous sommes quand même offert quelques activités d’exception. Partir en kayak des mers à la rencontre des raies et des requins. Avoir la chance de carresser une raie qui nage tout prèt de nous, ça restera unique !

Et puis le rêve de l’ile déserte, appelée ici des Motus, quelques heures sur un banc de sable à manger du poisson grillé au barbecue, nager dans ce qu’ils appellent ici l’aquarium et regarder les raies passer.

Pour la première fois depuis plusieurs mois, nous avons pu nous offrir un moment juste tous les deux. Nous avons réactivé notre niveau de plongée qui datait quand même sérieusement. Une famille que nous avions rencontré au camping à accepté de surveiller nos petits gars pendant quelques heures, Merci !

Mais Moorea, ce n’est pas que de la plage, une montagne trône en son centre, nous permettant de nous offrir une journée de randonnée afin de découvrir l’île d’un angle différent, une vue sur les deux baies époustouflantes. L’intérieur des terres recèle aussi de jolies activités à faire en famille, la découverte des maraés, lieu de culte et de vie des polynésiens avant la colonisation, des plantations d’ananas, les plantations de vanille, et de mangues, la visite de la fabrique de jus de fruits, nous avons enfin découvert où ils fabriquent le fameux nectar qui nous sert d’apéro ! Ça nous ferait presque oublier la bière !!! Enfin je pense que vous avez compris, on ne s’est vraiment pas ennuyé. La dernière semaine, au camping, est arrivé une colonie d’adolescents de métropole, j’ai alors porté immédiatement réclamation contre mes parents qui eux ne m’ont jamais envoyé en colo 3 semaine en Polynésie. C’est totalement scandaleux ! Mise à part ces revendications, très sérieuses, cette colonie a intégré gentillement notre Eliot a ses veillées, ce qui lui a donné clairement des ailes. Nous en avons profité pour réaliser un défis de taille (flash-mob de macarena à plus de 15, nous étions 30 !).

Mais ils nous ont aussi invités à participer à un cours de cuisine tahitienne. Un très chouette moment où nous avons appris à faire du lait de coco, mais aussi découvert le fafa, plante ressemblant à des épinards, et évidemment plein de poissons. Koen vous dévoilera tout ça dans les articles de gastronomie à travers le monde.

Au bout de 10 jours, il a fallu se résoudre à prendre le bateau direction Tahiti, où nous attendent nos amis afin de découvrir leur île. Nous sommes ravis de passer ce moment avec eux, nous ne les avons pas vu depuis 10 ans, mais quitter ce petit coin de paradis est déjà difficile. Le jour où Eliot met au point sa machine à se téléporter, on s’installe ici!

Musique de la video : underwater de Mika

Pour nos abonnés wordpress, n’oubliez pas d’aller directement sur le site pour visionner la vidéo..

On aime toujours beaucoup vous lire et avoir de vos nouvelles !

%d blogueurs aiment cette page :